Code de Déontologie

CODE DE DEONTOLOGIE DES JOURNALISTES DU TOGO

PREAMBULE
Le droit à la libre expression, à l’information et à la critique est un droit fondamental de tout citoyen. Du droit du public à connaitre les faits et les opinions résultent des devoirs et des droits des journalistes. Les associations nationales de journalistes, en créant, le 05 novembre 1999, l’Observatoire Togolais des Médias (OTM), ont marqué leur engagement pour une presse libre et responsable au Togo.

Les membres de ces associations nationales de presse sont convaincus que leurs devoirs à l’égard du public priment sur toutes autres responsabilités, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

La mission qui, incombe aux journalistes ne peut être assurée que sur la base du respect des règles de la profession. Par conséquent, les journalistes togolais ont décidé, ce jour, d’élaborer un code de déontologie et de le faire respecter par les médias. Tous les journalistes et techniciens de la communication souscrivent à la présente obligation et s’engagent à l’observer, rigoureusement, dans l’exercice de leur profession.

I- DES DEVOIRS
Les devoirs essentiels du journaliste togolais, dans la recherche, la collecte, le traitement, l’impression et la diffusion de l’information sont :

Articles 1
De la responsabilité Le journaliste assume la responsabilité de ses écrits. Il publie uniquement les informations dont la source, la véracité et l’exactitude, sont établies. Le moindre doute l’oblige à s’abstenir ou à émettre des réserves selon les formes professionnelles requises. Le traitement des informations susceptibles de mettre en péril la société, requiert du journaliste, une grande rigueur professionnelle et au besoin une certaine circonspection.

Article 2
De la liberté d’informer Le journaliste défend la liberté de presse et d’expression conformément à la Constitution togolaise comme étant un droit inaliénable du peuple.

Article 3
Du respect de la vérité Le droit public à des informations exactes quelles que soient les conséquences est sacré. La calomnie, les accusations sans preuves, l’altération de documents, la déformation des faits, les mensonges, sont des fautes professionnelles graves pour un journaliste.

Article 4
Du respect dû à la vie privée d’autrui Le journaliste respecte le droit de l’individu à la vie privée et à la dignité. La publication des informations touchant à la vie privée d’autrui, ne peut se justifier que par l’intérêt du public. Il s’interdit la calomnie, la diffamation, l’injure et les accusations sans fondement.

Article 5
Du droit de réponse Les informations inexactes ou fausses doivent être spontanément rectifiées. Des personnes injustement mises en cause , ont droit à la réparation par le droit de réponse. Le droit de réponse est garanti aux personnes physiques et morales. Le droit de réponse ne peut s’exercer que dans l’organe qui a publié l’information contestée.

Article 6
De la dignité professionnelle Le journaliste, dans l’exercice de ses professions, est tenu, de refuser de l’argent ou tout autre.

Article 7
Du plagiat Le journaliste s’interdit le plagiat. Il citera toujours les sources dont il produit un quelconque texte.

Article 8
Du secret professionnel Le journaliste doit garder le secret professionnel. Quelles que soient les menaces qui pèsent sur lui, il ne divulgue pas les sources des informations obtenues. Article 9 – Séparer les commentaires des faits Le journaliste est libre de prendre position sur n’importe quelle question. Mais il a obligation de séparer le commentaire des faits pour ne pas induire le public en erreur. Dans le commentaire, le journaliste est tenu au respect d’équilibre

Article 10
Séparer l’information de la publicité L’information et la publicité doivent être séparées. Le journaliste ne doit pas confondre son rôle avec celui du propagandiste ou du publicitaire.

Par conséquent, il ne doit recevoir aucune consigne direct ou indirecte du propagandiste ni du publicitaire.

Article11
S’interdire des méthodes déloyales Le journaliste ne doit pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des images et des documents.

Article 12
De l’incitation à la haine raciale, éthique et religieuse Le journaliste doit s’abstenir de publier toute information pouvant inciter à la haine tribale, raciale et religieuse. Il doit proscrire toute forme de discrimination et s’interdire de faire l’apologie du crime.

Article 13
Du refus du sensationnel Le journaliste s’interdit des titres sensationnels sans commune mesure avec le contenu des publications. Il doit s’interdire des titres et des images choquants.

Article 14
De l’identité de l’information Le journaliste est responsable de ses publications, du choix des photographies, des extraits sonore, des images et de son commentaire. Il signale de façon explicite un reportage qui n’a pas pu être filmé mais qui a été reconstitué, soit scénarisé. Il signale qu’il s’agit d’images d’archives, d’un “faux direct” ou d’un direct, d’éléments d’information ou de publicité.

Article 15
De la protection des mineurs Le journaliste respect et protège les droits des mineurs en s’abstenant de publier leurs images et relever leur nom

Article 16
De la confraternité Le journaliste doit rechercher et entretenir la confraternité. Il n’utilise pas les colonnes des journaux ou des antennes à des fins de règlement de compte avec des confrères. Le journaliste ne convoite pas la place d’un confrère, ne provoque pas son licenciement en proposant de travailler à sa place à des conditions inférieures.

Article 17
De la compétence et de l’excellence Avant d’aborder un sujet, le journaliste doit tenir compte de ses capacités. Il n’abordera un thème qu’après avoir réuni le maximum de documentation et fait des recherches et enquêtes. Le journaliste doit constamment rechercher l’excellence dans ses écrits. En conséquence il doit constamment améliorer ses talents et ses connaissances en participant aux sessions de formation de journalistes.

Article 18
Du respect de la légalité Tout journaliste doit se faire le devoir de respecter scrupuleusement des règles énoncées ci-dessus. Tout manquement aux dispositions du présent code de déontologie expose son auteur à des sanctions disciplinaires. Le journaliste doit accepter la juridiction de ses pairs ainsi que les décisions issues des délibérations des instances d’autorégulation. Le journaliste est tenu de connaître la législation.

II- DES DROITS
Tout journaliste, dans l’exercice de sa profession peut revendiquer les droits ci-après :

Article 19
Du libre accès aux sources d’information Le journaliste a droit d’accès à toutes sources d’information et le droit d’enquêter librement sur toutes les questions portant sur la vie publique. La raison d’Etat et les secrets des affaires publiques, ou privées, ne peuvent, en ce cas, être opposés au journaliste que par exception et en vertu de motifs clairement exprimés.

Article 20
Du refus de la subordination Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne éditoriale de l’organe d’information auquel il collabore.

Article 21
Du recours à la clause de conscience Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou exprimer une opinion contraire à sa conviction ou à la conscience. Dans ce cas, il invoque la clause de conscience avec tous les droits y afférents.

Article 22
Des changement et modifications L’équipe de la rédaction d’un organe de presse doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter durablement la vie de l’entreprise de presse.

Article 23
De la rémunération En considération de la délicatesse de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit, non seulement aux bénéfices des conventions collectives, mais aussi à un autre contrat individuel assurant sa sécurité matérielle et morale, ainsi qu’à une rémunération correspondant au rôle qui est le sien et pour garantir son indépendance économique.

Article 24
De la sécurité du journaliste Le journaliste muni de sa carte de presse a droit partout à la sécurité de sa personne, de son matériel de travail, à la protection légale et au respect de sa dignité.

Article 25
Dispositions finales Les présentes dispositions servent de code de déontologie et d’éthique professionnelle aux journalistes et techniciens de la communication du Togo.

L’Observatoire Togolais des Médias (O.T.M) est chargé de veiller à son application.

  • Publié le lundi 18 août 2014
  • Par Arlette LAGUE
© Conapp-togo.com 2014 -   Credits - Mentions légales